Bienvenue à Poudlard !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par une soirée de mauvais temps...

Aller en bas 
AuteurMessage
Aberforth Dumbledore
Patron de la Tête du Sanglier
avatar

Parchemins rédigés : 5
Age : 106
Localisation : Pré-au-Lard
Hiérarchie : Assez modeste
Maison/Emploi : Patron de la Tête de Sanglier
Fibiz : 0
Date d'inscription : 11/08/2007

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Par une soirée de mauvais temps...   Mer 15 Aoû - 1:39:15

Il était presque minuit lorsqu’Ab ouvrit la porte située derrière l’escalier, qui menait dehors par-derrière l’auberge, permettant à l’homme d’accéder dans son jardin. Il pénétra dans le pub, comme toujours désert, en grommelant et poussant quelque chose devant lui avec un bâton.

Il s’agissait des cinq chèvres que le vieil homme venait enfin de rassembler, après plusieurs heures de maraude à travers le village et les alentours pour retrouver les animaux qui avaient arraché, comme souvent, l’un des piquets qui clôturaient la propriété d’Aberforth, trouvant probablement que l’herbe sentait meilleure de l’autre côté de cette barrière.

Lorsqu’elles furent toute rentrées, il se hâta de fermer solidement la porte, vérifia d’un coup d’œil que les bêtes n’avaient aucun échappatoire, alluma la lampe qui se trouvait dans l’escalier mais lui procurait assez de lumière pour accomplir ce qui l’attendait, puis se glissa derrière le bar, où il prit un vieux sceau rouillé pouvant contenir une vingtaine de litres, ainsi qu’un tabouret à trois pieds qui avait vu des jours meilleurs, et était désormais bancal.

Il commença ensuite la tentative d’approche de Brunette, ainsi nommée car elle était à dominante brune, même si elle avait le ventre blanc ainsi qu’une tache blanche sur le flanc gauche.
Comme à chaque fois qu’elle le voyait arriver avec son matériel de traite à la main, elle fuyait dès qu’il l’approchait à moins de cinq mètres.
Voyant au bout de quelques minutes qu’elle ne cèderait pas et lassé de ses courses qui n’étaient plus de son âge et réveillaient ses rhumatismes douloureux, Ab sorti sa baguette magique et, la pointant sur les tables du bar, les déplaça de façon à coincer la chèvre rétive, bloquant de sa personne le dernier couloir de fuite qui restait à l’animal.

Lorsque celle-ci se résigna à le laisser lui prendre son lait, il s’approcha, s’assit en gémissant sur son tabouret qu’il avait préalablement posé à côté d’elle, et se mit à la traire alternativement des deux mains.
Comme à chaque fois qu’il trayait, ce geste régulier le détendait, de même que de sentir les mamelles gonflées de lait de l’animal sous ses doigts.
Cela lui apportait un réel réconfort en le ramenant au présent et au concret : mieux valait penser à ce qu’il faisait plutôt que de ressasser le passé s’il ne voulait pas finir avec un coup de corne ou de sabot comme punition pour avoir fait mal à l’animal.

Lorsqu’il relâcha Brunette, et s’écarta pour lui rendre sa liberté maintenant qu’elle lui avait donné toute sa production laitière de la journée, la chèvre s’échappa joyeusement, visiblement heureuse d’échapper au mains calleuses de l’homme.

Celui-ci la suivit des yeux, puis, son regard tombant sur Blanquette et Noiraude (qui étaient comme leur nom l’indiquait, respectivement blanche et noire), le vieil homme sourit :
Ces deux-là étaient comme lui : âgées et fatiguée, elles se déplaçaient lentement et n’aimaient pas bouger, restant d’ailleurs dans sa cour même lorsque les jeunettes arrachaient le piquet, libérant ainsi le passage vers l’extérieur.
Elles étaient ses deux plus anciennes chèvres et, n’ayant plus la forme de leur jeunesse, elles avaient hâte d’être libérées du poids de leur lait.
Il évalua d’un coup d’œil habitué la grosseur de leurs pis respectifs et, voyant que Noiraude était la plus chargée, il commença par la libérer elle, tandis que l’autre attendait patiemment juste à côté.

Lorsqu’il eut fini, Noiraude lui lécha doucement la main comme pour lui dire « merci » et s’écarta légèrement, laissant la place à Blanquette qui vint aussitôt se mettre à l’endroit approprié, son pis se retrouvant juste au-dessus du seau dont 1/3 était à présent rempli de lait frais.

Tandis qu’il la soulageait à son tour, l’orage qui avait menacé toute la journée éclata brusquement au-dehors, déclenchant l’assourdissant vacarme de la grêle tombant sur le toit, à laquelle s’ajoutait la fureur du vent parcourant les ruelles du village à tout allure.


« Et bien mes belles, je crois que vous allez dormir ici cette nuit » informa-t-il ses chèvres.

Heureusement, Blanquette, qui avait vu plus d’une tempête dans sa vie et était blasée, resta impassible. Ce ne fut cependant pas le cas des deux plus jeunes, qu’il n’avait pas encore traites et qui se mirent à faire le tour de la pièce en courant de toute la vitesse de leur pattes, essayant d’échapper à l’orage qui les affolait.


*Et bien, ça ne va pas être facile de vous calmer, vous deux* pensa-t-il en les voyant passer devant lui ventre à terre.

Cependant, comme il lâchait Blanquette maintenant traite et lui donnait une petite tape affectueuse sur le flanc pour la remercier de sa placidité, il lui sembla entendre des coups à la porte d’entrée de son auberge, du côté de la rue.

N’étant pas certain que ses oreilles ne l’avaient pas trompé avec tout cet orage, et ne souhaitant de plus pas être dérangé, il ne broncha cependant tout d’abord pas.

Mais comme il se levait et se dirigeait vers les deux folledingues qu’il espérait rassurer, le « TOC TOC » se fit entendre, nettement plus fort et comme plus insistant que la première fois.
Le vieil homme ne bougea pas, se contentant de regarder la porte afin de voir qui allait la pousser. En effet, celle-ci était fermée mais pas verrouillée, et quiconque voulait vraiment entrer dans son auberge était en mesure de le faire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albus Dumbledore
Admin/Retraité
avatar

Masculin Parchemins rédigés : 42
Age : 110
Localisation : De préférence, en vacance.
Maison/Emploi : Directeur de Poudlard
Fibiz : 0
Date d'inscription : 30/05/2007

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   Mar 28 Aoû - 16:53:06

Dans la nuit étoilée, agressé par le froid piquant de l'air, un vieil homme fend les quelques nuages présents au-dessus de la Manche. Albus Dumbledore revient de France. Il avait passé quelques jours dans cette petite tour délabrée où il gardait ses plus précieux livres de magie mais 'avait rien trouvé. Il était déçu. Il avait pourtant dû écourter son séjour à cause du hiboux envoyé par Mcgonagal qui lui disait qu'en son absence, Poudalrd avait été confié à Malefoy, et par la chouette de Tonks qui affirmait avoir besoin de son aide pour le proces dans lequel elle était impliqué avec ce même Malefoy, qui ne semblait pas avoir perdu son temps. Il esperait arriver à l'heure à Londres. Son séjour l'avait fatigué, il faut dire qu'il n'était plus tout jeune, et il lui était impossible de transplaner. Heureusement, il avait trouvé dans un village sorcier (St paul et valmalles il lui semblait) un jeune homme qui s'était lancé dans le commerce difficile de location de balai. Albus Dumbledore était son premier client depuis trois mois (les balais ne semblaient pas d'une qualité première) et il lui avait fais un prix. Ce qu'Albus craignait s'était averré exact : le balai toussa au dessus de clermond ferrant, perdit de l'altitude au dessus de Paris qu'il reprit couageusement, et lacha en plein vol au dessus du Havre, ce qui l'entraina, lui et son passager dans une chute de quarante mètres de haut. Seul la reprise du balai à dix mètres du saul les sauva d'un atterissage mortel qui eut été désagrable.

Depuis Dumbledore restait avec la crainte que le balai rende définitivement l'âme au dessus de la mer, et pour éviter la douleur d'une chute de trop haute altitude, il descendit plus bas, a quelques mètres de l'eau. Un dauphin prit part à son jeu, fendit l'air au dessus de lui et l'accompagna jusqu'à ce que les lumières de la côte soient visibles. Il s'enfonca alors dans les profondeurs de l'ocean.

Le balai tint le coup jusqu'à Pré au lard, mais quand son passager descendit, il tomba au sol et rendit son dernier soupir. Pré au lard était toalement désert à une heure aussi tardive. Si la nuit était belle au dessus de la Manche, le temps était tout à fait épouventable ici : un vrai temps d'automne. Il ne s'étonnerait pas si la pluie se mettait à tomber. Il n'avait pas l'intention de revenir à Poudlard, pas tout de suite. Il avait d'abord quelques affaires à régler. Et qui pouvait mieux l'informait sur ce qui s'était passé pendant son absence, si ce n'était son frère, Aberforth Dumbledore ? Le vieil homme ttraversa à pas lent le village. L'air frais et le silence l'aidait à se remettre de son voyage et il repenssait à toutes les années qu'il avait dévoué à Poudlard, à tous les élèves qu'il avait eu sous sa responsabilité (et Dieu sait combien il y en avait eu !) et qui, une fois par trimestre, venaient se promener parmi ces boutiques, bonbons, farces et attrapes, fournitures scolaires, et autre... il arriva enfin un peu en retrai du village, devant "la tête de sanglier". Bien entendu, l'heure était trop tardive pour que les volets soient ouverts, et qu'il y ai de la lumière dans la salle, mais Albus pensait entendre le bêlement plaintif des protégés d'Abertforth. Si elles ne dormaient pas encore, c'est qu'il ne les avait pas trait depuis longtemps, et il y avait des chances pour qu'il soit encore eveillé. Albus frappa, tout en se doutant bien que la porte n'était pas réèllement fermée. Abertforth ne fermait jamais... il attendit sans entendre de réponse, puis tenta de nouveau sa chance : et cette fois, des bruits de pas se firent entendre. La poignée tourna, la porte s'ouvrit...

"Bonsoir Aberforth."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aberforth Dumbledore
Patron de la Tête du Sanglier
avatar

Parchemins rédigés : 5
Age : 106
Localisation : Pré-au-Lard
Hiérarchie : Assez modeste
Maison/Emploi : Patron de la Tête de Sanglier
Fibiz : 0
Date d'inscription : 11/08/2007

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   Jeu 30 Aoû - 16:43:57

En voyant son frère pousser la porte, Ab eut comme seule réaction apparente de froncer les sourcils, d’un air à la fois intrigué et furieux.
Il ne prononça pas le moindre mot, allant jusqu’à tourner le dos au nouvel arrivant, soulignant ainsi l’indésirabilité de sa présence.


* A une heure pareille, j’aurais du me douter qu’il n’y avait que lui pour venir, surtout par ce temps de chien* songea-t-il, mécontent. *Les rumeurs le disaient pourtant parti lui seul savait où et personnellement, il ne me manquait pas !*

Le vieil homme se réintéressa à ses chèvres, qui méritaient à ses yeux bien plus d’attention que son frère.
Voyant que les deux qui n’étaient pas encore traites étaient encore plus affolées d’entendre la tempête gronder par la porte ouverte, il jeta par-dessus son épaule en grommelant :


« Dépêches-toi de rentrer, au moins ! »

*Et puis, plus vite tu m’auras demandé ce que tu veux, plus vite je serai débarrassé de toi !* songea-t-il en lui-même.

Albus ne lui avait encore rien dit, mais comme il ne venait jamais lui rendre une simple visite de courtoisie, Ab savait parfaitement que la présence de son frère indiquait que celui-ci avait un service ou des renseignements à lui demander.

Il sortit sa baguette puis procéda comme il l’avait fait pour traire Brunette : il fit léviter des tables qu’il posa de manière à limiter le terrain de courses des deux animaux affolés.

Il était visiblement contrarié d’utiliser la magie, mais n’ayant plus ses jambes de vingt ans, il n’avait comme seule autre alternative que de les laisser cavaler toute la nuit.

Tout en gardant un œil sur ce qu’il faisait, il s’approcha des trois autres, qui certes, ne se croyaient pas sur un circuit, mais dont les yeux roulant légèrement dans leurs orbites indiquait la terreur. elles s’étaient regroupées, et il les flatta quelques minutes, l’une après l’autre, de façon à les apaiser.

Il maniait sa baguette avec des gestes lents, lançant les sortilèges mentalement, afin de ne pas affoler davantage les animaux.
Sa tâche avançait d’autant plus lentement qu’il faisait léviter une table après l’autre, disposant également les chaises autour de chaque table, afin de barrer la route des animaux par une forêt de pieds, les empêchant par là-même de passer sous les tables.

Durant tout ce temps, il n’accorda pas la moindre attention à son frère en apparence, mais en réalité, il était particulièrement concentré sur ce qu’il était susceptible d’entendre : devenu dur d’oreille avec l’âge, il tenait malgré ça à savoir ce que faisait son frère.

Cela failli d’ailleurs jouer des tours au vieil homme : l’une des deux apeurées contourna les trois tables à présent déplacées puis, voyant la porte d’entrée ouverte, fonça ventre à terre vers l’extérieur, ne voyant pas Albus de là où elle se trouvait.
Aberforth jura véhémentement, mais ne pouvait faire grand-chose, devant commencer par poser en douceur la table qu’il était en train de faire léviter, préférant courir après une maraudeuse qu’après cinq, ce qui serait le cas s’il se montrait bruyant...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Albus Dumbledore
Admin/Retraité
avatar

Masculin Parchemins rédigés : 42
Age : 110
Localisation : De préférence, en vacance.
Maison/Emploi : Directeur de Poudlard
Fibiz : 0
Date d'inscription : 30/05/2007

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   Mer 28 Nov - 16:45:33

Albus s'aperçu avec surprise qu'une chèvre venait à sa rencontre, affolée comme personne, ses deux sabots projetés vers l'avant comme si elle avait le diable aux trousses. D'une geste sec, il claqua la porte de l'auberge et arrêta la fuyarde par le collier à cloche qu'elle portait autours du cou. Ses bêlements retentirent avec force dans toute la salle, elle n'eu pour autre issu que de suivre le vieil homme pour rejoindre ses compagnes.

Albus dévisagea son frère, penché sur ses chères créatures comme un père au dessus d'un berceau. Il ne le regada même pas, calmant la chèvre qui avait cherché à s'enfuir que l'orage effrayait particulièrement.

"Bonsoir" répèta tranquillement Dumbledore.

Ses yeux clairs cherchaient à capter l'atention d'Aberforth.

"J'aimerai te parler si c'était possible. Si tu as besoin d'aide pour tes chèvres, je t'aiderai."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Clément Catérit
5ème année
avatar

Parchemins rédigés : 54
Age : 29
Localisation : septième nuage à gauche en partant du soleil
Fibiz : 0
Date d'inscription : 23/03/2008

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   Ven 28 Mar - 19:51:57

*Oh, et puis flûte, mes devoirs attendront !* décida brusquement Clément en sortant de la Grande Salle après dîner ce soir-là.
Le jeune homme avait pris de l’avance, et décida donc de s’accorder une soirée de liberté totale. De toutes façons, il préférait être seul et laisser ses pensées l’envahir.
Cela lui faisait du bien d’une certaine façon, même si elles n’étaient pas très gaies…

A table ce soir-là, sa priorité avait été de tout faire pour éviter que les élèves de Serpentard se trouvent dans ce champ de vision.
Il commençait à en prendre l’habitude, depuis ces trois derniers jours.

*Heureusement que nous n’avons pas encore eu de cours commun depuis que je l’ai rencontrée ! Je l'ai revue avant-hier dans le parc, mais elle ne m'a pas identifié, et ça m'a grandement facilité les choses....Mais demain je vais devoir affronter mon dilemne…. *

Redoutant par-dessus tout de croiser, lui étant sous sa forme humaine, celle qui occupait ses pensées depuis trois jours, il avait envie d’être hors du château, et le vent violent qu’il entendit siffler dans les branches ne l’arrêta pas.

Sitôt dehors, il vérifia d’un coup d’œil qu’il était seul et se transforma, souhaitant éviter que quiconque lui demande ce qu’il faisait dehors à cette heure.

* Et demain, comment devrais-je me comporter en SACM ?* s’interrogea-t-il en marchant dans le parc du château.
Perdu dans ses pensées, il allait où ses pattes le conduisaient, sans but précis. Il franchit le portail, se faufilant entre les barreaux sans vraiment s’en apercevoir, et se retrouva, quelques minutes plus tard, à Pré-au-Lard.


*Je n’ai aucune envie de l’ignorer comme si je ne la connaissais pas, mais si je la salue, ne serait-ce que d’un signe de tête, que vont en penser les Gryffondor ? Et surtout, QUE VA-T-ELLE EN PENSER ELLE ? ? Si les Serpentards s’en aperçoivent, il est certain qu’ils s’en prendront à moi, mais ça je m’en moque. Par contre, si ils lui demandent d’où je la connais, elle va être embarrassée… Il faudrait vraiment que je l’ignore, mais en aurai-je la force ? ? *

Tandis qu’il ruminait ses pensées qui tournaient en rond, plusieurs heures s'écoulèrent sans qu'il y fasse attention. Soudain, un brusque coup de vent se leva, soulevant pratiquement le félin, ce qui ramena Clément à la réalité. Le jeune homme se hâta de reprendre sa forme humaine, son poids lui permettant de mieux résister aux bourrasques.
Il se demanda où il se trouvait mais, au même moment, une pluie très violente commença à tomber, le trempant en quelques instants. Les nuages apportés par le vent avaient masqué la lune, et la seule lumière qu’apercevait le jeune homme était une lueur qui semblait provenir d’une fenêtre un peu plus loin. Clément s’y dirigea, titubant sous les bourrasques.

Comme il allait pousser la porte, un grincement lui fit lever la tête, et il aperçut une pancarte en dorme de tête de sanglier coupée se balançant au bout de deux chaînes. *Je dois être à Pré-au-Lard* songea-t-il. Il n’avait pas encore eu l’occasion de venir au village exception faite de lorsqu’il était arrivé à la gare, mais il avait lu qu’une des auberges qui s’y trouvait s’appelait La Tête de Sanglier.
Rassuré d’être dans un village sorcier, il ne regarda pas qui se trouvait à l’intérieur, la lumière suffisant à lui indiquer qu’il y trouverait une présence ; il poussa la porte et entra, se hâtant de refermer derrière lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yléssa Malisse
5ème année
avatar

Féminin Parchemins rédigés : 39
Age : 28
Localisation : Là où tu n'es pas!!
Fibiz : 0
Date d'inscription : 23/03/2008

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   Dim 30 Mar - 4:57:17

Marre, marre, marre…C’était quoi ces reproches??

« Nous espérons, ta mère et moi, avoir été assez clair sur le sujet… »

*ça c’est sur, ils ont été très clair…Des années et des années de clarté même!! * pensa Yléssa tout en avançant à pas vifs dans la nuit qui l’entourait.
*Je ne comprend pas pourquoi il me le rappelle aujourd’hui?? Je l’ai toujours su… *.

La jeune Serpentard revenait d’un rendez-vous aux Trois-balais que son père avait fixé quelques jours plus tôt par courrier. Yléssa avait pu avoir l’autorisation du directeur pour s’y rendre dans la soirée.

Au cours de l’entretien, l’homme n’avait cessé d’insister sur le fait que lui et sa femme envisageaient de grands projets pour leur famille, que bientôt beaucoup de choses allaient changer et qu’il fallait impérativement qu’Yléssa n’oublie pas certains de ses engagements.

« Nous organiserons d’ici peu une réception où Charles Degloire et ses parents seront présents, j’espère que tu sauras les recevoir pour le mieux, lui en particuliers. N’oublies pas qui il est, les bonnes familles de sang pur se font malheureusement de plus en plus rare, cette futur alliance compte beaucoup pour nous…Tu n’as pas intérêt à me décevoir!! » Avait dit entre autre Monsieur Malisse dans une froideur extrême.

« Ne vous en inquiétez pas père!! J’ai toujours fait ce que je devais faire…Ce sera un honneur pour moi de le rencon…

- Garde tes médiocres compliments pour lui, sa famille est très certainement moins riche que la notre mais elle est néanmoins très influente en France et auprès d’une certaine personne très haut placée. » Là il fallait sous-entendre le faiseur de pluie du monde des Mangemorts autrement dit Le Seigneur des Ténèbres lui-même.

En revenant d’un rendez-vous pareil, Yléssa se demandait encore de quoi avait réellement voulu parler son père, elle était déjà consciente depuis son enfance de ces projets, elle savait aussi quel était son avenir, pourquoi avait-il fait le déplacement pour insister si lourdement sur le sujet??

Elle avait pu apercevoir aux fonds de ses yeux si noirs une lueur d’anxiété, la jeune fille commençait à s’interroger mais elle s’efforçait à penser que quoiqu’il arriverait, son père saurait y faire face dignement.

Alors qu’elle était plongée dans ses réflexions, baguette allumée en main, elle sentit le vent se lever d’un seul coup…Surprise et pas préparée à un virement de météo comme celui-ci, elle en lâcha sa baguette.
Des mèches de cheveux, dépassant de son chignon, vinrent lui balayer rageusement le visage, sa cape se déchaînait dans son dos, les rafales de vent l’empêchaient d’avancer normalement.

C’est alors que vint le pluie, se mêlant au vent, ce couple formait une vraie tempête. La Serpentard se baissa et tâta le sol à la recherche de sa baguette mais les conditions n’étaient pas propice à une telle entreprise.
Perdre sa baguette, c’était un comble pour une sorcière comme elle, elle ne savait rien faire sans elle.

Les quelques minutes de recherche lui suffirent pour se retrouver trempée de la tête aux pieds.

Elle n’y voyait plus rien, l’obscurité, la pluie, le vent c’en était trop!! Perdue, sans magie, Yléssa se mit à paniquer…Elle courut comme une démente dans la nuit, ne sachant où aller, elle était trop éloignée du village même, elle pensait se trouver vers la cabane Hurlante, mais n’étant pas sûr d’elle, lorsqu’elle aperçut une légère lumière émanant d’une maison qui semblait abandonnée, elle n’hésita pas une seule seconde, s’y précipita, poussa la porte sans ménagement et entra.

Complètement glacée, désespérée, la jeune fille tremblait de tout son corps. Ses cheveux dégoulinaient d’eau de pluie tout comme ses vêtements.
Malgré ceci elle ne pu qu’afficher une expression de pure surprise en trouvant à cet endroit, le garçon le plus bizarre qu’elle n’avait rencontré à son sens mais qui n’avait cessé de hanter ses pensées depuis quelques jours..

« Clément? Qu’est-ce que…Ho…professeur Dumbledore, je ne savais pas que… » La jeune fille ne finit pas sa phrase bien trop perturbée de revoir les deux personnes qu’elle ne s’attendait justement pas à rencontrer dans un endroit pareil.

Et quel endroit! S’il n’y avait pas la présence de plusieurs tables et chaises poussiéreuses installées dans la pièce ainsi qu’un imposant comptoir de bar, jamais Yléssa ne se serait doutée qu’il s’agissait d’une taverne. Elle aurait plutôt pensé que le lieu était laissé à l’abandon.

Son regard se mit immédiatement à détailler chaque objets présents dans la pièce et quand elle aperçu une chèvre, elle se demanda d’un seul coup si elle ne rêvait pas.
Se rapprochant par réflexe de Clément qui se trouvait à côté d’elle, elle ne bougea néanmoins plus et se contenta d’attendre que quelqu’un parle, n’ayant pas fait attention au frère du directeur, debout dans l’obscurité, derrière son bar.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Aberforth Dumbledore
Patron de la Tête du Sanglier
avatar

Parchemins rédigés : 5
Age : 106
Localisation : Pré-au-Lard
Hiérarchie : Assez modeste
Maison/Emploi : Patron de la Tête de Sanglier
Fibiz : 0
Date d'inscription : 11/08/2007

Statut du Sorcier
Baguette:
Infos utiles:

MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   Dim 30 Mar - 15:59:53

« Merci » marmonna Aberforth, soulagé que son frère ait rattrapé la chèvre. « Et si tu peux la garder en main, j’en ai pour deux minutes » ajouta-t-il en lançant un sortilège d’attraction pour récupérer rapidement son tabouret et son seau.
Il s’assit et, une fois sa traite finie, ce qui eut aussi l’avantage de calmer l’animal qui prit plaisir à cette opération, il retira le seau d’entre les pattes de ce dernier puis, levant les yeux sur son frère :


« C’est bon, tu peux la lâcher. Je vais ranger ça, et ensuite on pourra monter discuter. J’en ai pour deux minutes. » Tandis qu’il parlait, il se leva et saisit le seau.

Le vieil homme était déjà de meilleure humeur. Il se trouvait satisfait d’avoir enfin terminé la traite, et ce plus facilement qu’il ne le pensait grâce à l’intervention de son frère.
Et puis dans le fond, la présence de celui-ci ne lui était pas si désagréable que ça, c’était même pour tout dire une des compagnies qu’il préférait, même s’il n’arrivait pas à lui pardonner la mort de leur petite sœur.

Il se dirigea derrière le bar assez lentement, se concentrant pour ne pas renverser le seau à présent plein jusqu’au bord et dont le poids mobilisait la quasi totalité des forces déclinantes d’Ab.
Tandis qu’il traversait la salle, la tempête se déchaîna de nouveau au-dehors.

Comme il arrivait derrière le bar, la porte s’ouvrit à la volée et quelqu’un rentra, refermant rapidement derrière lui.
Jetant un coup d’œil dans l’entrée, Ab vit un jeune homme qu’il ne connaissait pas, mais qui venait de Poudlard, et même plus particulièrement de la maison Gryffondor, à en croire son blason.


*Un Gryffondor chez moi, voilà qui est plutôt rare * songea-t-il, presque amusé. Il regarda son frère, curieux de voir quelle serait la réaction de celui-ci devant l’arrivée d’un de ses élèves à cette heure tardive et en ce lieu où il n’aurait certainement pas du se trouver.

Ne voulant pas perdre une miette de ce qui allait suivre, il posa le seau par terre et s’accouda sur le bar, prêt à assister au spectacle imminent.

Pour la troisième fois de la soirée, la porte donnant sur la rue fut ouverte, et quelqu’un entra.


« Eh, ce n’est pas un hall de gare ici » marmonna-t-il pour lui-même. Mais c’était une protestation plus pour la forme que pour le fond, d’autant qu’en voyant une Serpentard, et qui plus est appeler un Gryffondor par son prénom, et ce sans animosité visible, sa curiosité était de plus en plus aiguisée.

* J’ai comme l’impression que malgré mon grand âge, cette soirée va m’en apprendre de belles * songea-t-il, impatient de voir la suite.


HJ : A TOI ALBUS ! !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Par une soirée de mauvais temps...   

Revenir en haut Aller en bas
 
Par une soirée de mauvais temps...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mauvais temps [Pv ]
» EURÊKA ¤ Goéland qui s'gratte le gland Signe de mauvais temps, Goéland qui s'gratte le cul F'ra pas beau non plus.
» Entraînement par mauvais temps
» La vie c'est pas d'attendre que le mauvais temps passe, c'est d'apprendre à chasser sous la pluie (Aileen)
» Juste le temps d'un soirée? ou plus si affinité? [juliette]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, l'école des sorciers :: Hors de Poudlard :: PRÉ-AU-LARD :: Le Tête de Sanglier-
Sauter vers: